Dans le même numéro

Les attentats-suicides et le martyre dans les traditions musulmanes

mai 2016

#Divers

Les terroristes sont-ils des martyrs ? Selon le Coran, les martyrs sont d’abord les témoins de la foi. Pour récompense, ils échappent à « l’effroi de la tombe » et goûtent la paix du paradis. Les savants condamnent les attentats, mais restent inaudibles.

Dans les débats publics sur les formes de l’islam radical, surtout depuis l’attaque contre le World Trade Center du 11 septembre 2001, la question des attentats-suicides est particulièrement présente. Pour les auteurs des attentats et leurs défenseurs musulmans, on a affaire à des martyrs, alors que la majorité des commentateurs sunnites et chiites rejette cette qualification. Il semble dès lors utile de revenir sur le sens du mot « martyr » dans les commentaires juridiques érudits ainsi que dans les traditions reçues de l’islam.

Les témoins de la foi

Le mot arabe pour désigner le martyr est shahîd (shuhadâ au pluriel). Il est utilisé dans différents passages du Coran, et son sens principal pourrait être rendu en français par le mot « témoin ». Il a la même racine que shahadâ, le mot arabe pour désigner la prof

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements