© Photo Andrew Dong
Dans le même numéro

Ce qui touche à la mémoire

octobre 2017

#Divers

Ces dernières années, j’ai beaucoup réfléchi à la manière dont nous héritons des souvenirs de certains passés douloureux et violents. J’ai donc été bien intriguée quand une série télévisée américaine grand public a abordé cette question avec beaucoup de finesse. La série Transparent chronique le changement de sexe du père de 70 ans d’une famille juive de Los Angeles. Au cours de la deuxième saison, la fille de Mort/Maura, Ali, se renseigne sur l’histoire de sa famille. Avec sa petite amie, elle rend visite à Mamie Rose, placée en maison de retraite. La rencontre est un échec – Rose ne reconnaît pas Ali, qu’elle appelle « Gershon ». Plus tôt dans la série, quelques flash-back inexpliqués montraient des images de l’Allemagne de la République de Weimar, mais nous ne savons pas encore qui est Gershon, bien que nous ayons entendu parler de Tata Gittel, qui n’est autre que le frère de Mamie Rose, Gershon, après son changement de sexe dans les années 1930. Après que sa grand-mère ne l’a pas reconnue, Ali s’embarque dans un projet de recherche qui pourrait lui permettre d’articuler ce qu’elle appelle &laqu

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par Hirsch Marianne


Professeur de littérature comparée à l’université de Columbia, directrice de l’Institut pour la recherche sur les femmes, le genre et la sexualité, elle est l’auteur de The Generation of Postmemory: Writing and Visual Culture After the Holocaust (Columbia University Press, 2012). En français, on peut lire « Postmémoire »...

Dans le même numéro