Dans le même numéro

Les nouvelles donnes de la laïcité (entretien)

février 2011

#Divers

Esprit – À première vue, on peut faire le constat suivant : en France, la laïcité semble revendiquée par tout le monde, de l’extrême gauche à l’extrême droite, et même par les Églises (y compris l’Église catholique) et les religions (les autorités juives et musulmanes la revendiquent). Elle semble pourtant en plein désarroi, ou prise dans des turbulences et des polémiques qui brouillent ce qu’elle signifie. Partagez-vous, en tant que sociologues, ce diagnostic ?

Jean Baubérot et Micheline Milot – Cela peut, en effet, sembler un paradoxe. D’un côté, la laïcité paraît solidement établie en France. Elle a été inscrite dans la Constitution en 1946. Aucun parti politique, aucune force sociale ne la remet en cause. Au contraire, tout le monde s’en réclame. Mais d’un autre côté, la laïcité française est présentée comme perpétuellement menacée, et sa signification est brouillée.

En fait, si la laïcité fait partie des principes constitutionnels, elle n’est pas explicitement définie, et il est logique que tous n’en aient pas la même compréhension. Mais le débat des interprétations pourrait avoir lieu de façon sereine,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !