Dans le même numéro

Pierre Vidal-Naquet, un intellectuel hors pair

Pierre Vidal-Naquet aimait se présenter comme un intellectuel engagé/dégagé. Historien, il rappelait qu’il l’était de quatre manières différentes : historien de la Grèce, historien des crises et des crimes contemporains, historien des Juifs mais aussi historien de « l’histoire de l’histoire ». Il était encore un homme de fidélité dont les Mémoires accordent les engagements à une histoire familiale qui est l’un des ressorts de son œuvre. C’est pourquoi, suivre son parcours, c’est faire écho à l’histoire intellectuelle de la France et à l’histoire tout court.

« Historien des Grecs, historien des crises et des crimes contemporains, je suis aussi devenu historien des juifs, non pas double, simplement, si j’ose dire, mais triple et même quadruple si l’on ajoute cette autre dimension de mon travail : l’histoire de l’histoire. »

Pierre Vidal-Naquet, Mémoires, I, Paris, Le Seuil/La Découverte, p. 289.

Pierre Vidal-Naquet nous a quittés il y a deux ans. Comme il a occupé une place notoire dans la vie intellectuelle, universitaire et politique, son absence se fait con

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Jean-Pierre Peyroulou

Spécialiste de l’histoire de l’Algérie et des problématiques liées à la décolonisation.   Après un ouvrage sur la guerre civile algérienne des années 1990 (L’Algérie en guerre civile, avec Akram B. Elyas, Calmann-Lévy, 2002) et une réinterprétation des violences des mois de mai et de juin 1945 en Algérie (Guelma, 1945, La Découverte, 2009), il prépare un atlas historique des décolonisations, ce…

Dans le même numéro

Le sentiment d'accélération de l'histoire
Changement technique : peut-on ralentir ?
Tyrannie du présent et dévalorisation de l'avenir