Dans le même numéro

Pour une politique de l'égaliberté. Entretien

On a le sentiment aujourd’hui d’être dans un moment de recul des droits de l’homme, tant dans les faits que dans le discours : comme si la défense des droits de l’homme n’était plus audible, que ses arguments ne portaient plus. Or la critique des droits de l’homme, comme vous le montrez dans votre ouvrage1, est aussi vieille que leur formulation : pensez-vous qu’on assiste à un moment particulier de la critique des droits de l’homme aujourd’hui ? Comment caractériser ce moment ?

Justine Lacroix – Le moment intellectuel de retournement et de prise de distance vis-à-vis des droits de l’homme a précédé le moment politique. On observe, depuis le début des années 1980, tant dans la sphère intellectuelle française que nord-américaine, une multiplication des griefs à l’égard du vocable des droits de l’homme, un phénomène qui s’est accéléré dans les années 1990. Paradoxalement, c’est donc plutôt le moment politique de triomphe des droits de l’homme, avec la chute du mur de Berlin et la fin du communisme, qui a libéré une nouvelle critique des droits de l’homme qui avait été mise en veilleuse dans les années 1970, à un moment où la lutte contre les to

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Yves Pranchère

Ancien élève de l'École Normale Supérieure, Jean-Yves Pranchère est membre du Centre de Théorie Politique de l'Université libre de Bruxelles, où il enseigne. Il est l'auteur de Le Procès des droits de l'Homme (Seuil, 2016) avec Justine Lacroix.

Justine Lacroix

Justine Lacroix est professeure de science politique à l'Université libre de Bruxelles où elle dirige le centre de théorie politique. Elle est notamment l'auteure de La pensée française à l'épreuve de l'Europe (Grasset, 2008) et, avec Jean-Yves Pranchère de Le procès des droits de l'Homme (Seuil, 2016).…

Dans le même numéro

Les violations des droits de l’homme restent impunies en Syrie. Le rêve illibéral d’une démocratie sans droit gagne la Turquie et les pays d’Europe centrale. Les institutions internationales sont impuissantes ou réduites à mener des actions humanitaires. Si le moment des droits de l’homme est derrière nous, il revient à l’Europe de mener une nouvelle bataille pour ces droits. Des articles aussi sur l’élection présidentielle, la ville numérique et l’Etranger de Camus.