Photo wikimédia.
Dans le même numéro

Colères policières

À la police est assigné l’impératif de maîtrise de soi. Les menaces des colères policières révèlent la nudité du pouvoir, comme l’illustre la demande d’une présomption de légitime défense pour les agents.

Dans sa carrière, le policier est confronté à des situations difficiles. […] Il figure parmi les premiers intervenants des actes de violence, des attentats ou des catastrophes. […] Sa relation avec le public peut être source de frustration, [sa] profession souffre parfois d’une image négative. La confluence de ces facteurs met à rude épreuve le capital de résistance psychologique du policier.

Document Formation Police nationale, septembre 2006

En quête d’un traité contraire à la colère, on trouve le Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale1, qui énonce en son article R. 434-14 :

Le policier ou le gendarme est au service de la population. Sa relation avec celle-ci est empreinte de courtoisie et requiert l’usage du vouvoiement. Respectueux de la dignité des personnes, il veille à se comporter en toutes circonstances d’une manière exemplaire, propre à inspirer en retour respect et considération.

Courtoisie et vouvoiement sont ainsi, selon le Code de 2014, deux préceptes exigés ; ce qui n’étonne guère, vu la racine que partagent les termes « police » et « politesse ». Une attention particulière est ainsi portée au langage, signature de la tempérance et de la maîtrise de so

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Fabien Jobard

Directeur de recherches en sciences politiques au CNRS, Centre Marc-Bloch (Berlin).

Dans le même numéro

Pour son numéro double de mars-avril, la revue consacre le dossier central à la question des colères. Coordonné par Michaël Fœssel, cet ensemble original de textes pose le diagnostic de sociétés irascibles, met les exaspérations à l’épreuve de l’écriture et se fait la chambre d’écho d’une passion pour la justice. Également au sommaire de ce numéro, un article de l’historienne Natalie Zemon Davis sur Michel de Certeau, qui reste pour le pape François « le plus grand théologien pour aujourd’hui », ainsi que nos rubriques « À plusieurs voix », « Cultures » et « Librairie ».