Dans le même numéro

Les bonnes de Beyrouth

novembre 2017

#Divers

Durant l’été 2015, à l’occasion de la « crise des déchets » dans la capitale libanaise, le mouvement « Vous puez » (Tal’at Rihaktum) organise des manifestations, qui deviennent massives après la diffusion de vidéos montrant la brutalité des forces de police, pour réclamer une amélioration des services publics (notamment sur les questions de logement, de santé et de distribution d’électricité) et dénoncer la corruption des gouvernants et des partis politiques confessionnels1. Ce mouvement s’inscrit dans une histoire de mobilisations et un réseau d’associations de la société civile2, mais la jeunesse et l’inexpérience des manifestants autorisent leur récupération par les partis politiques et leur infiltration par les forces de police qui cherchent à les décrédibiliser, ce qui conduit à l’épuisement du mouvement.

Selon un universitaire qui nous accueille dans son bureau, les élections municipales de 2016 voient pourtant l’apparition d’une liste citoyenne issue de ce mouvement : Beyrouth, ma ville (Beirut Madinati), qui reçoit 30 % des voix, malgré une faible participation. Pour lui, il s’agit désormais de c

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !