Dans le même numéro

En Europe, les Juifs (entretien)

L’Europe peut-elle encore être le lieu d’une expérience spirituelle pour les Juifs ? Le rabbin Krygier plaide ici pour un judaïsme en situation de diaspora, qui puisse faire valoir son apport proprement religieux sans céder à la tentation du repli.

Esprit – Certains intellectuels juifs (des religieux et des non-religieux) sont très durs envers l’époque moderne en Europe et considèrent qu’elle a été une catastrophe pour les juifs. Partagez-vous ce point de vue ?

Rivon Krygier – Je peux les rejoindre sur certains points, mais il ne faut pas tout confondre et bien distinguer entre les acquis et les inconvénients de la modernité. D’un point de vue juif, en particulier, il est indéniable que la sécularisation de la société a permis l’émancipation politique et l’intégration sociale, à travers lesquelles les juifs ont acquis des droits et rejoint la grande société. Mais ceci s’est aussi accompagné d’une dilution et d’une perte de l’identité et, de manière paradoxale, d’une nouvelle forme de rejet et d’antisémitisme.

Le processus de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !