Dans le même numéro

La dignité dans le débat sur la fin de vie

mai 2013

Les pistes actuellement à l’étude sur la fin de vie placent de nouveau la dignité au premier plan des considérations sur le mourir. Mais que signifie ce terme, selon qu’il est employé par les soins palliatifs, ou par les partisans de la mort volontaire ?

Après la publication du rapport du Pr Sicard1 sur la fin de vie, le président de la République François Hollande a confié au Comité consultatif national d’éthique le soin de travailler trois pistes d’évolution législative. À la suite de l’avis qui sera rendu, la ministre de la Santé et la ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur prononceront des mesures. L’une de ces pistes est de chercher « selon quelles modalités et conditions strictes permettre à un malade conscient et autonome, atteint d’une maladie grave et incurable, d’être accompagné et assisté dans sa volonté de mettre lui-même un terme à sa vie ». L’autre piste est de chercher « comment rendre plus dignes les derniers moments d’un patient dont les traitements ont été interrompus à la suite d’une décision prise à la demande de la personne ou de sa famille ou par les soignants ». Une fois de plus, le terme de digni

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements