Dans le même numéro

Le temps de l'écriture, le temps des commencements

août/sept. 2012

#Divers

Repère

Le temps de l’écriture, le temps des commencements

Comment écrivez-vous ? le jour, la nuit ? Où ? chez vous, à l’étranger ? À ces questions et lieux communs des enquêtes menées auprès des écrivains, J.-P. Toussaint nous donne des réponses d’une étonnante et émouvante précision autobiographique – il parle de ce qui est le plus cher, l’écriture, les livres (les siens et ceux de quelques grands auteurs qui ont compté dans sa venue à l’écriture). La brièveté du livre ne doit pas nous induire en erreur : il n’est pas la réunion artificielle de quelques pistes de réflexion. Dans sa clarté volontairement modeste, qualité caractéristique de Toussaint, l’ouvrage est savamment tissé, mais avec légèreté, comme par mégarde : retours rythmés de thèmes et de lieux importants, avec des variations qui marquent le passage du temps et les changements du moi, ou la présence de « séries », comme dans l’évocation des bureaux de sa vie de lecteur et d’écrivain – qui s’ouvrent et se ferment sur le bureau originel, celui du grand-père ; on voit que Proust, à qui est consacré un chapitre, travaille ce texte. Sans qu’on soit jamais dans le pastiche, ni même dans « 

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !