Dans le même numéro

Le don perverti. Pour une anthropologie de la corruption

février 2014

#Divers

Pour une anthropologie de la corruption

La corruption peut être comprise comme une forme pervertie du don, une confusion entre échange généreux et échange marchand, ce qui pourrait permettre de saisir pourquoi elle est présente dans des pays où cette culture du don est encore forte, et se heurte à de nouvelles normes économiques globalisées.

Les formes de la corruption sont multiples, et en cela la métaphore de l’hydre lui convient bien. On peut en indiquer quelques-unes : obstruction, extorsion, malversation, falsification de documents, escroquerie, prévarication, concussion, intimidation. Il en existe aussi des genres : clientélisme, népotisme, favoritisme, trafic d’influence. La liste est ouverte. Il est remarquable que le terme de corruption nous fasse penser aussitôt à ces pratiques alors que d’autres acceptions existent en ce qui concerne le monde naturel (corruption comme putréfaction d’un fruit ou infection d’un organisme) et le monde des artefacts (corruption comme dégradation d’un dossier ou détérioration d’un produit). Si en prononçant ce mot nous pensons d’abord à une déviation de l’action humaine, c’est à l’évidence parce qu’il désigne quelque chose qui n

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !