Dans le même numéro

Tous à Cuba ! La course à « l'île authentique ». Entretien avec Romy Sanchez

juil./août 2016

#Divers

Après la révolution de 1959, Cuba a la réputation d’être le « bordel des États-Unis ». Pourtant, il existe dès cette époque un tourisme de santé et un tourisme révolutionnaire. Avec l’entrée de Cuba dans le tourisme de masse, l’île se heurte à des problèmes d’infrastructures.

Depuis le rétablissement des relations entre Cuba et les États-Unis en décembre 2014, l’île vit une série de changements qui semblent concerner sa diplomatie et son économie plus que la ligne politique du gouvernement de Raúl Castro. La déferlante médiatique et touristique qui accompagne cette ouverture supposée semble faire fi des permanences du régime : hôtels complets, ferries bondés…, la perle des Caraïbes fait son entrée dans le monde du tourisme de masse.

Claudia Martínez Herrera est une jeune historienne cubaine. Spécialiste d’histoire environnementale, elle a consacré ses premiers travaux aux projets touristiques de la révolution avant de s’intéresser à l’histoire de la baie de La Havane au xixe siècle. Elle travaille aux Archives nationales de Cuba, mais en plus de son activité de chercheuse, Claudia est

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements