Tableau : François Biard, L'Abolition de l'esclavage (27 avril 1848), huile sur toile, 1849 (musée national du château de Versailles) | Photo Wikimédia
Dans le même numéro

Quelle mémoire de l'esclavage ? (Table ronde)

Pour les participants à cette table ronde, la loi Taubira de 2001 définissant l’esclavage comme crime contre l’humanité a constitué une conquête symbolique majeure, mais elle a échoué à mettre en place des réparations, à réformer les programmes scolaires et à promouvoir une politique culturelle ambitieuse. Les participants se demandent si la loi en question ne fait que reconnaître l’égalité des citoyens de la République au-delà de la race ou si elle participe d’une évolution du droit vers un système victimaire.

Pourquoi faire une loi instituant une commémoration de l’esclavage reconnu comme crime contre l’humanité ? En revenant sur l’origine de ce projet de loi, cette discussion contradictoire permet de comprendre les tenants et les aboutissants des demandes adressées au législateur.

Esprit – La loi Taubira, qui définit lesclavage comme crime contre lhumanité, a été adoptée par lAssemblée nationale en 2001. Cinq ans après, quel bilan dressez-vous de ladoption de cette loi ?

Christiane Taubira – La loi est le fruit d’un travail laborieux mené pendant deux années et demie. Le projet de loi fut déposé en 1998 et la première lecture à l’Assemblée eut lieu en février 1999. Le projet a d’abord soulevé l’enthousiasme, surtout chez les responsables socialistes. Mais très vite, la perspective des conséquences possibles de la loi a gelé cet enthousiasme. Certains faiseurs d’opinion au sein du parti socialiste ont souhaité que le texte proposé soit réduit à un article déclaratoire, dans la lignée de ce qui fut fait pour le génocide arménien. L’article sur la réparation, qui visait à faire évaluer l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !