Dans le même numéro

Les limites de la démocratie sexuelle

juil./août 2017

#Divers

L’histoire des perversions, marquée par la requalification de l’homosexualité, montre que la sexualité obéit à des exigences libérales : la maîtrise de soi et des relations mutuellement consenties et gratifiantes. Les grands pervers sont donc sévèrement réprimés mais les petits pervers ont droit de cité.

The history of perversions, marked by the re-classifying of homosexuality, reveals the liberal norms of sexuality: self-control and mutually agreed and gratifying relationships. Big perverts are therefore severely repressed, but small ones are tolerated.

En Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, nombre de conduites et de fantasmes sexuels autrefois considérés comme pervers sont désormais perçus comme des extensions gratifiantes de la vie sexuelle. Culturellement diffusées, voire valorisées, objets d’un marché, les anciennes perversions se sont démocratisées. Certaines sont le pivot de sociabilités et d’amitiés dont les communautés Bdsm1 sont exemplaires. Qu’elles puissent relever d’une anomalie psychologique semble une idée désuète. La « perversion sexuelle », notion léguée par le xix

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements