Dans le même numéro

La grande démocratie et la petite démocratie

juillet 2006

#Divers

La critique du déficit de participation de la démocratie représentative conduit souvent à un éloge de la démocratie directe. Préoccupé par les insuffisances de celle-ci, réservée de facto à de petits groupes de personnes disponibles, l’auteur met l’accent sur des formes de délibérations usuelles et efficaces qu’il appelle « petite démocratie ». À quelles conditions celle-ci peut-elle fonctionner et, à l’horizon, revitaliser la grande démocratie ?

C’est aux usines Renault de Boulogne-Billancourt que se noue et se dénoue l’aventure professionnelle (engagé comme fraiseur-outilleur en septembre 1950, il y reste salarié jusqu’en 1972), politique (après avoir rompu avec le trotskisme, il adhère à un groupe libertaire qui publie Le Libertaire avant de rejoindre le groupe « Socialisme ou Barbarie1 ») et intellectuelle (il fonde un journal intérieur à l’usine, Tribune ouvrière, et publie des chroniques dénonçant l’organisation taylorienne du travail, chroniques à l’origine de son Journal d’un ouvrier2) de Daniel Mothé. C’est donc en intellectuel autodidacte que Daniel Mothé (Jacques Gautrat de son

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !