Dans le même numéro

Jean-Paul II et l'Europe (entretien)

Le pape disparu avait élaboré un discours très cohérent sur l’Europe, non seulement pour des raisons historiques (héritage spirituel et valeurs) et géopolitiques (lutte contre le communisme) mais aussi la considérant comme la base d’une expansion mondiale du christianisme.

Esprit – Votre livre la Pensée de Jean-Paul II offre un tableau nuancé de la pensée du pape décédé il y a deux ans. Acceptez-vous cependant, rétrospectivement, l’idée qu’il a souhaité une « Europe chrétienne » et qu’il a lancé campagne sur ce thème dans les années 1980 ?

Philippe Portier – La pensée de Jean-Paul II a fait l’objet, au cours de ces dernières années, d’une querelle d’interprétation. Une première exégèse, portée souvent par les théologiens de « tradition », l’a appréhendée à partir du schème de la « révolution » : Jean-Paul II aurait, au cours de son règne, en attestant la validité des droits de l’homme, en souscrivant au modèle de laïcité, en mobilisant les fidèles autour du dialogue interreligieux, accentué la reddition de l’Église catholique, engagée avec Vatican II, aux canons de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !