Dans le même numéro

Le paradoxe de la représentation. Entretien

décembre 2016

#Divers

Dès l’Antiquité, la représentation est à la fois ce qui relie et qui sépare. La modernité hérite de ce paradoxe qu’elle tente de résoudre par le concept de nation, pourtant aussi fictive que le peuple. L’acte de se représenter, aussi fragile soit-il, permet de retrouver sa puissance d’agir.

Esprit – Plutôt que de s’engouffrer dans les diagnostics sur la crise de la représentation, votre livre, le Miroir et la Scène, part d’un paradoxe : la représentation désigne à la fois la présentation fictive de ce qui est absent et une présence renforcée. Qu’est-ce qui vous semble « déceptif » dans la représentation ? Les critiques qui lui sont adressées ne trahissent-elles pas une attente démesurée dans le règlement juridique du lien démocratique ?

Myriam Revault d’Allonnes – Effectivement, l’un des motifs les plus présents dans les analyses actuelles de la « crise » ou des déficits de la représentation est celui de la déception et de la défiance des citoyens à l’égard des instances juridico-politiques, perçues comme inadéquates et inopérantes. Ces attentes déçues se manifestent également �

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements