Dans le même numéro

Colombey-les-deux-mémoires

janvier 2007

#Divers

Jeudi 9 novembre 2006, à 7 heures, gare de l’Est. Quelques fidèles, curieux et journalistes embarquent en catimini pour aller voir sinon complimenter tout à l’heure le président Chirac posant la première pierre d’un « Mémorial Charles de Gaulle » à Colombey-les-Deux-Églises. Rien que du feutré tout gris, rien qui pourrait rappeler un Paris-Dieppe du plaisir ou un Paris-Lourdes de la foi, ni même ces vieux convois d’antan, avec leurs compagnons en béret et toutes médailles au vent. Le cameraman de la 2 remballe le matériel. Rien à dire du voyage : entre chien et loup, avec nuages bas, tags puis labours mélancoliques, à peine rafraîchis par le vert tendre du blé de printemps et l’heureuse annonce par le restaurant L’Orée de Champagne que là-bas, à Chaumont, une certaine idée de la France ne déteste pas encore le pied de cochon. Dont acte, surtout à l’heure du casse-croûte.

10 h 30, à Colombey, au pied de la croix géante qui peine à vaincre la brume, dans le calcaire blanchâtre très proprement éventré, à l’écart de La Boisserie invisible, sous la tente au tapis bleu avec drapeaux français et européen, les officiels sont là. On remarque MM. les ambassadeurs de Chine et des États-Unis flanqués du petit-fils de Konrad

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !