Dans le même numéro

La dangereuse croisade de Jean-Claude Milner

Cette analyse du dernier pamphlet de Milner, le Juif de savoir, qui poursuit la thèse extrême des Penchants criminels de l’Europe démocratique, tente d’en évaluer la cohérence. La contradiction de la démarche, pourtant, apparaît patente : pourquoi faire briller l’ancienne rhétorique de l’essai radical tout en annonçant qu’il faut rompre avec la philosophie européenne ?

Le dernier livre de Jean-Claude Milner, le Juif de savoir1, est le développement accentué, sur un point précis, des thèses déjà avancées dans un livre précédent, les Penchants criminels de l’Europe démocratique2, qui a fait un certain bruit. L’un ne va donc pas sans l’autre, même si le livre le plus récent s’adresse plus manifestement et par priorité aux juifs eux-mêmes, aux juifs de France et, plus largement, aux juifs d’Europe. Les Penchants criminels ont été, nous assure-t-on, un grand succès de librairie : nous en sommes ravis pour l’auteur, même si cela ne laisse pas d’inquiéter quand on songe à la partialité et à la violence extrême que supposent ces thèses, auxquelles il semble qu’il n’a pas été vraiment répondu. Il con

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !