Dans le même numéro

Jours tranquilles à Damas. Aperçus de la révolte syrienne

Le régime syrien joue sa survie : terreur, arrestations, répression, chantage communautaire, campagnes d’affiches, promesses économiques. La propagande et les mobilisations s’opposent à travers les moyens de communication (réseaux sociaux…) mais aussi dans l’occupation de l’espace : villecentre, banlieues, province. Ce terrain de la ville joue un rôle d’autant plus central qu’il témoigne aussi des changements sociaux et économiques du pays.

Dans la majorité des contacts que j’ai eus, au cours des dernières semaines, avec mes amis damascènes, on me dit la même chose : « Tout est tranquille à Damas », la capitale de la Syrie, pays pris dans la tourmente d’une révolte qui a déjà fait, selon les organisations des droits de l’homme présentes dans le pays, environ 800 morts et donné lieu à des milliers d’arrestations1. Comment rendre compte de ce qu’il se passe en Syrie aujourd’hui, alors que l’opacité entoure les événements du fait de l’interdiction de la presse étrangère et indépendante, que la difficulté est grande de glaner des informations fiables à partir de ce qui filtre du pays, et que le risque de compromettre ses interlocuteurs sur place est constant ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !