Revue Esprit
Vendredi 26 mars 2021

Chine : une diplomatie de la force

L’Union européenne a adopté lundi 22 mars une série de « sanctions ciblées » pour violation des droits humains contre sept pays, dont la Chine, en raison des traitements inhumains dont continuent d'être l'objet les Ouïgours, dans la province du Xinjiang. Ces mesures – gel des avoirs financiers et interdiction de voyager – ont ciblé quatre dirigeants chinois particulièrement impliqués dans la répression des Ouïgours.

Non seulement la riposte chinoise ne se fit pas attendre, mais elle redoubla la tension en ciblant en retour dix personnalités européennes et quatre organisations impliquées sur la question des droits humains en Chine. À cela s’ajoute une agressivité de ton et de comportement – l’ambassadeur de l’Union européenne en Chine convoqué en pleine nuit, un chercheur français traité de « hyène folle » dans un communiqué de l’ambassade de Chine en France – témoignant d’un usage décomplexé du rapport de force, qui ne peut qu’inquiéter sur le durcissement de ce régime, auquel nous avions consacré notre dossier de décembre 2020.

Il faut à cet égard saluer la décision de l’Union européenne de prendre une position claire au sujet du traitement des Ouïgours. Car derrière l’offensive diplomatique en cours s’en joue une autre, intellectuelle et idéologique, qui revendique explicitement, depuis plusieurs années, une « spécificité chinoise » au regard des droits humains. Il faut prendre la mesure de cette offensive et être lucide sur ce qu’elle recouvre, en restant à l’écoute d’une société chinoise plurielle, qui n'a pas renoncé, malgré ce que Jean-Luc Domenach appelait dans les années 1980 son « corps à corps » avec un État totalitaire, à chercher les voies de son autonomie. 

La rédaction

La diplomatie controversée de Xi Jinping

Judith Geng, Mei Yang > Lire

Dans le contexte de la crise sanitaire mondiale, les tentatives de désinformation chinoise ont été largement dénoncées. En réaction, la diplomatie de Xi Jinping se fait plus offensive. L’agressivité des diplomates chinois oblige les gouvernements occidentaux à réagir.

La prétention chinoise à l’universalité

Anne Cheng > Lire

La prétention à l'universalité de la Chine post-maoïste s'appuie sur les représentations du confucianisme comme humanisme, et de la Chine comme centre de civilisation. Fantasques, ces dernières servent l'idéologie agressive de la Grande Chine et la critique des droits de l'homme.

Le totalitarisme n'arrête pas l'histoire. Communisme et société en Chine

Jean-Luc Domenach > Lire

Dans cet article de 1984, Jean-Luc Domenach rappelle que totalitarisme chinois a toujours dû compter avec la société qu’il opprime. Dans ce corps à corps, le pouvoir lutte, compose et se laisse influencer tout à la fois. Sous le totalitarisme, l’histoire travaille encore.

Rescapée du goulag chinois de Gulbahar Haitiwaji et Rozenn Morgat

François Crémieux > Lire

Lire le récit de Gulbahar Haitiwaji, c’est à la fois comprendre la mécanique du quotidien d’un système concentrationnaire moderne, et prendre la mesure de l’ampleur et de la sophistication du génocide que tentent les dirigeants chinois contre le peuple ouïgour.

Abonnez-vous ou abonnez un proche !

Abonnement 100% numérique : 1€ le premier mois, puis 7,50€/mois

Abonnement intégral : 12€/mois


Je m'abonne à Esprit

Copyright © 2021 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit