Revue Esprit
Vendredi 7 mai 2021

En Birmanie

Quatre mois après le coup d’État militaire et l’arrestation d’Aung San Suu Kyi, les manifestations contre la junte se poursuivent en Birmanie, tout comme la répression, qui a déjà fait près de huit cents morts selon l’ONU. Le gouvernement d’unité nationale, créé le mois dernier par des parlementaires déchus de leurs mandats et des représentants des minorités ethniques birmanes, vient d’annoncer la formation de sa propre « force de défense », pour protéger ses partisans.

Dans les rues où des cortèges éphémères se forment et se dispersent aussi vite, pour échapper aux balles et aux arrestations, les trois doigts levés sont devenus le symbole d’une demande de démocratie, après dix années d’une transition politique visant à partager le pouvoir entre les militaires et les civils. Un équilibre dont la fragilité avait été tragiquement mise en lumière par les atrocités commises contre la minorité musulmane Rohingya, qui avaient démontré l’impuissance du gouvernement civil à contrôler les militaires.

Ce qui se passe en Birmanie nous interpelle à plusieurs titres. En nous rappelant d’abord qu’il est encore des sociétés où l’on risque sa vie pour revendiquer la possibilité de vivre dans un État de droit. Mais les évènements pourraient aussi bien prendre un tour proche de celui d’une guerre civile, où l’ombre portée de la période coloniale, les conflits ethniques non résolus et le jeu trouble des grandes puissances et des intérêts économiques offrent tous les ingrédients d’une situation durablement délétère.

La rédaction

Birmanie : coup de grâce pour la Constitution ?

Bénédicte Brac de la Perrière, mai 2021 > Lire

Le coup d’État militaire survenu en Birmanie en février 2021 a suscité un important mouvement de désobéissance civile et de protestations qui, malgré une violente répression, ne faiblit pas. La fracture entre le pouvoir et les aspirations démocratiques du peuple semble aujourd’hui avoir atteint un point de non-retour.

Le long hiver birman

François Colcombet, juillet 1995 > Lire

Dans ce récit de voyage de 1995, François Colcombet évoque les turbulences politiques qui n’ont cessé de secouer la Birmanie depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, entre revendications sécessionnistes de différentes minorités, mise en place d’un régime militaire et prédation des grandes puissances internationales.

Vers une nouvelle attitude européenne en Asie

Tibor Mende, février 1951 > Lire

Dans la décennie d'après-guerre, Tibor Mende déplore que les pays occidentaux n’aient trouvé d’autre voie, en Asie, que de soutenir les systèmes politiques qui ont hérité du pouvoir lors du départ des puissances coloniales. À l’heure où le communisme soviétique représente souvent la seule perspective de changement dans ces pays, il appelle l’Occident à y accompagner et favoriser une révolution sociale.

Orwell politique

Benjamin Caraco, mars 2021 > Lire

La parution des œuvres de Georges Orwell dans la Bibliothèque de la Pléiade remet en avant le travail de cet écrivain-journaliste, dont la peinture d’une société d’ultra-surveillance n’a jamais paru moins anachronique. L’occasion aussi de relire En Birmanie, son premier roman (1934), tiré de son expérience d’officier de la police impériale britannique.

Copyright © 2021 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit