Revue Esprit
Vendredi 1er octobre 2021

Afghanistan : ceux qui partent, ceux qui restent

La prise de pouvoir par les talibans en Afghanistan a jeté sur les routes toute une population cherchant à fuir un danger imminent. L’exil fut d’abord intérieur, puis vers les pays voisins, dans des conditions humanitaires désastreuses. Depuis le 14 août 2021, une centaine de milliers de personnes ont également été rapatriées par les forces américaines vers leurs bases, ou par des vols européens. Ces départs, effectués dans des conditions dangereuses et chaotiques, ont alimenté la crispation des capitales européennes qui, une fois encore, privilégient une approche sécuritaire de la question de l’accueil.

Mais ce drame humain de l’exil se double d’un autre, pour celles et ceux qui restent, aux prises avec un pouvoir qui bafoue tous les droits. La situation des femmes afghanes cristallise à juste titre les inquiétudes internationales. Leurs courageuses manifestations ont été violemment interrompues et réprimées, tandis que les femmes juges se cachent par peur des représailles de la part de ceux qu’elles ont fait condamner. L’accès des jeunes filles aux écoles et aux universités a été restreint, et il est souvent empêché de fait.

De prime abord, tout cela laisse une impression de retour à des formes d’obscurantisme que l’on croyait historiquement révolues. Mais ce qui rend cet obscurantisme particulièrement terrifiant est aussi, paradoxalement, son caractère inédit. Les talibans sont une création du XXe siècle tardif, dont l'islamisme radical vient se greffer sur le fonctionnement d’une société traditionnelle complexe, désormais écrasée sous ce joug.

La rédaction

Quel accueil pour les réfugiés Afghans ?

Catherine Wihtol de Wenden, octobre 2021 > Lire

L’Afghanistan est le pays qui a produit le plus grand nombre de réfugiés depuis 1979, dont la majorité vers les pays voisins. Si la grande vague migratoire dont les partis populistes européens brandissent la menace n’aura vraisemblablement pas lieu, il faut éviter une externalisation indéfinie de l’installation des réfugiés en Iran ou au Pakistan, comme l’Europe l’a fait avec la Turquie en 2016.

Le grand confinement des Afghanes

Véronique Nahoum-Grappe, septembre 2021 > Lire

La victoire des talibans en Afghanistan a entraîné un effacement dramatique de la présence féminine dans l'espace public, à un niveau à la fois physique et symbolique. Les Français, qui ont tant affirmé souffrir du confinement, devraient être sensibles à l'enfer que constitue un confinement genré, qui fait du foyer le lieu de l'aliénation féminine par excellence.

Afghanistan, le retour des vieux démons

Olivier Roy, octobre 1989 > Lire

Dans ce texte de 1989, au moment où la guerre civile opposait le gouvernement communiste et les rebelles moujahidin, Olivier Roy estimait que le retrait soviétique avait affaibli la dimension idéologique du conflit, au profit d’un retour de la segmentation traditionnelle de la société afghane. Il en appelait aussi à en finir avec une légende qui voudrait que l’État n’ait jamais contrôlé les campagnes.

The Great Game : douze pièces sur l'histoire de l'Afghanistan

Sylvie Bressler, août-septembre 2009 > Lire

Au printemps 2009, le théâtre du Tricyle à Londres proposait The Great Game, un cycle de douze pièces retraçant l’histoire de l’Afghanistan. L’ensemble, dont le titre fait référence à Kim, le roman de Rudyard Kipling qui sensibilisa le grand public à la lutte d’influence entre les empires britannique et russe en Asie centrale au XIXe siècle, évoque une histoire intriquée à celle de la Grande-Bretagne, pour mieux comprendre la situation contemporaine du pays.

Appel à manifester
Solidarité avec les femmes afghanes !


À l'initiative de l'association les Mères Pour la Paix et de la section LDH de l'EHESS, un rassemblement est organisé le mercredi 6 octobre 2021, à 18h, sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris. Le rassemblement sera reconduit le premier mercredi de chaque mois.

Copyright © 2021 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit