Revue Esprit
Vendredi 15 octobre 2021

Le miroir polonais

En affirmant la primauté de la loi fondamentale nationale sur le droit européen, le jeudi 7 octobre, le Tribunal constitutionnel de Varsovie a fait monter encore les tensions qui opposent le gouvernement polonais, sous la férule du parti Droit et justice de Jaroslaw Kaczyński, aux institutions européennes. Il n’en a pas fallu plus aux observateurs ni au principal parti d’opposition, la Plateforme civique de Donald Tusk, pour crier aux risques d’un « Polexit », et des centaines de milliers de polonais sont descendus dans les rues le dimanche 10 octobre pour manifester leur attachement à l’appartenance de leur pays à l’Union européenne.

Le problème n’est pas tant que la Pologne menace de quitter l’Union, ce qui n’est l’intention d’aucun de ses principaux leaders politiques aujourd'hui, mais qu’elle prétende en changer les règles. Les réformes contestées par la Cour de justice européenne visent à mettre les juges polonais sous la coupe réglée de l’exécutif, et le fameux « droit européen » auquel on s’oppose ne fait ici que redoubler celui de la plupart des États membres. Comment admettre alors l’opportunisme des hommes et femmes politiques français, de droite comme de gauche, qui se sont engouffrés dans cette brèche, saluant une décision qui faisait primer la « souveraineté populaire » et les « identités constitutionnelles nationales » sur l’ordre juridique européen, soudain compris comme une imposition extérieure illégitime ?

Comme plus d’une fois dans l’histoire, la Pologne nous tend un miroir dans lequel nous ferions bien de nous examiner. Le peuple polonais ne parle pas d’une seule voix, celle du PiS et de sa dérive autoritaire, et on ne peut laisser se développer cette rhétorique malsaine, selon laquelle le droit ne serait plus en ensemble de règles qui protègent les individus et la possibilité même d’une vie politique en constituant un espace de délibération collective, mais un insupportable carcan qui entrave l’efficacité des gouvernements et la volonté des hommes forts.  

Avoir choisi de construire, depuis l’après-guerre, une communauté qui posait les principes de l’État de droit et la défense des libertés individuelles à son fondement était bien un geste foncièrement politique. Défendre aujourd’hui l’idée qu’on pourrait rester membre de l’Union européenne et bénéficier de sa manne financière sans adhérer à ces principes, comme l’indépendance des juges ou la liberté de la presse, que ce soit en Pologne ou en France, c’est ouvrir la porte à un effondrement de l’Europe, et de la démocratie.

La rédaction

Pologne : Kaczyński tient bon

Jean-Yves Potel, mai 2021 > Lire

La politique menée en Pologne par Jarosław Kaczyński provoque un mécontentement croissant dans la population, comme en témoignent les manifestations qui ont suivi l’interdiction de l’IVG dans le pays. Toutefois, le pouvoir tient bon, et l’opposition n’est pas en mesure de proposer une alternative convaincante.

Trois visions du bon changement

Michał Sutowski, mars 2019 > Lire

Le succès du parti Droit et justice (PiS) ne tient ni à sa campagne démagogique, ni à une colère de classe des perdants de la transformation, mais à leur sentiment d’avoir repris le contrôle politique, notamment sur les limites de la communauté nationale.

Citoyenneté et résistances à l’Europe

Paul Magnette, avril 2019 > Lire

Depuis le tournant néolibéral des années 1980-90, l’Union européenne apparaît comme le bouc émissaire de la réduction de la souveraineté nationale. La création d’une Assemblée européenne pourrait participer au renouveau d’une politique transnationale.

Esprit et la Pologne

Dossier numérique > Lire

Des premiers travaux d’Emmanuel Mounier à la publication en février 2019 du numéro « Un nouvel autoritarisme en Pologne », Esprit n’a cessé de considérer la Pologne et ses intellectuels comme des interlocuteurs privilégiés sur l’Europe, le christianisme ou les libertés : c’est cet échange nourri et stimulant sur les questions de l'engagement et de l'émancipation que ce dossier propose de retracer. 

Copyright © 2021 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit