Revue Esprit
Infolettre revue Esprit - Vendredi 1er mai 2020

Les travailleurs du soin

Ce 1er mai 2020, fêter le travail revêt une signification particulière, sinon étrange. La réalité même du travail a été bouleversée pour des millions de travailleurs. Beaucoup sont confinés ; certains télétravaillent, d'autres attendent que l'activité reprenne. D'autres encore continuent de travailler : dans les hôpitaux, les supermarchés, les entrepôts, ou encore à vélo avec des sacoches de livreurs sur le dos.

Ces travailleurs et ces métiers, que l'on sait difficiles, souvent précaires et peu valorisés, bénéficient heureusement d'une attention nouvelle. Nous les applaudissons le soir au balcon, et les qualifions volontiers de héros, là où ils disent souvent ne faire que leur métier. À moyen terme cependant, une réflexion plus profonde devra s'engager sur les métiers essentiels au fonctionnement de la société, et la considération accordée à ceux qui les exercent.

Cette pandémie appelle aussi à s'interroger sur la manière dont nous envisageons les relations de soin. Nos politiques de santé sont le produit d'une longue histoire des sociétés humaines. Les épidémies ont été des moments d'élaboration accélérée de nouvelles réponses, dépendantes des connaissances médicales du moment, mais aussi de convictions politiques et morales, toujours historiquement situées. Le soin n'est pas une évidence, il est une construction sociale et politique, dont la solidité résulte de nos choix.

La rédaction

Un système de santé en déséquilibre

François Crémieux > Lire

François Crémieux est directeur général adjoint de l'AP-HP. Il offre ici un premier éclairage sur la manière dont l'hôpital en France s'est confronté à la gestion de l'épidémie.

Santé et libertés publiques. Quatre leçons de la riposte face au sida

Nicolas Blavet > Lire

L’histoire de la lutte contre le sida a montré que l’effort pour protéger les droits humains, les libertés publiques et la vie privée constitue un instrument essentiel de santé publique. Il concourt à la dignité des malades et permet de faire reculer l'épidémie.

Quand les facteurs de risque ne sont pas intuitifs. L’épidémiologie face à l'histoire

Emmanuel Delille > Lire

L’épidémiologie, discipline méconnue, s’invite dans notre vie quotidienne. Son histoire révèle qu’elle est inséparable des enjeux sociaux, politiques et culturels. En effet, il n’y a pas de statistique neutre, indépendante de nos modes de vie.

Des héros ? La professionnalité dans les métiers du soin

Francis Ginsbourger > Lire

Les exploits des professionnels du soin démontrent ce qui fait la valeur de leur travail : leur capacité à faire face à des situations inattendues par une expérience de coopération au service du public. Une fois l’épidémie passée, il faudra continuer à la soutenir.

Les deux concepts du soin. Vie, médecine, relations morales

Frédéric Worms > Lire

Dans un contexte marqué par un pouvoir croissant sur la vie (techniques médicales et biologiques) et par une vulnérabilité nouvelle de la vie (écologie, éthique), le soin nous aide à penser les relations morales. Mais celles-ci ne sont pas envisagées à partir d’une essence de la vie ou de la justice. C’est en considérant d’abord la relation entre des personnes que le refus de la négligence trouve son fondement.

Abonnez-vous ou abonnez un proche :
L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous.

Abonnement 100% numérique : 1€ le premier mois, puis 7,50€/mois

Abonnement intégral : 12€/mois

 

Je m'abonne dès 1€

Copyright © 2020 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit