Revue Esprit
Infolettre revue Esprit - Vendredi 22 mai 2020

Retrouver l'horizon

Depuis les débuts du confinement et sous diverses formes, les appels à ne pas retourner à « la normale », c’est-à-dire au fonctionnement de nos économies et de nos sociétés tel qu’il prévalait avant la survenue de la pandémie, se multiplient. C’est le propre de la catastrophe, qui rompt le continuum des événements, que de rouvrir l’horizon politique et d’interroger les fondements mêmes des organisations humaines. Mais quel est cet « après » que nous appelons de nos vœux ? 

L'écologie, en tant que science des conditions d'existence, est au cœur de ces interrogations, Comment habiter ce monde, dont la maîtrise nous paraît désormais de plus en plus fragile ? C’est la question que pose Bruno Latour dans son article, plaçant la notion d’habitabilité au cœur des choix collectifs auxquels nous sommes confrontés. Un long travail de politisation de la question écologique nous attend, aussi bien dans l’administration que dans la société civile.

Ce travail demandera de revoir nos conceptions de la rationalité économique, du bien-être ou du progrès social. Ce ne sera pas simple dans un contexte de crise économique et sociale, où l’impératif de relance de la machine économique aura une légitimité certaine. C’est peut-être de ce point de vue que la pandémie aura été une apocalypse, au sens étymologique de révélation. Non pas d’une vérité définitive, mais d’un chemin à parcourir.

La rédaction

Refondation, rattrapage ou effondrement?

Joël Hubrecht > Lire

Entre redémarrage économique et urgence écologique, le gouvernement français est confronté à des choix déterminants. Les arbitrages seront rendus plus difficiles encore par un climat de défiance politique qui s'aggrave.

Le surplus de subsistance. Quel État peut imposer des « gestes barrières » aux catastrophes écologiques ?

Bruno Latour > Lire

Il n’est pas sûr que l’on soit prêt à accepter de l’État l’imposition de « gestes barrières » pour favoriser la santé de la planète… Il s’agit plutôt de construire, à partir de la société civile, une représentation commune de la mutation nécessaire, pour ensuite partager avec l’État les tâches de mise en œuvre.

 

L'écologie est-elle rationnelle ?

Bernard Perret > Lire

La pensée économique dominante reste tributaire d'un objectif d'accroissement indéfini des échanges. C'est avec ce cadre de rationalité qu'il faudrait rompre, pour construire une nouvelle raison écologique, en reconnaissant notamment que certains biens, comme la santé publique, la cohésion sociale, la qualité de l'air ou celle des eaux, ne sont ni échangeables ni appropriables,

Habiter en oiseau de Vinciane Despret

Christine Bergé > Lire

« La philosophe Vinciane Despret écoute l’écoute des merles entre eux. Cette écoute s’approfondit, au fil des pages, en direction de ceux qui écoutent les oiseaux, de la complexe partition qui se tisse alors entre les questions posées aux oiseaux par les ornithologues, dans laquelle certains concepts philosophiques semblent subir une cure de rajeunissement. »

Abonnez-vous ou abonnez un proche !
L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous.

Abonnement 100% numérique : 1€ le premier mois, puis 7,50€/mois

Abonnement intégral : 12€/mois

 

Je m'abonne dès 1€

Copyright © 2020 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit