Revue Esprit
Infolettre revue Esprit - Vendredi 4 septembre 2020

Reconstruire le Liban

L’explosion survenue le 4 août dernier dans le port de Beyrouth a été le coup de trop porté à un Liban déjà éprouvé par une succession de crises. Depuis octobre 2019, dans un contexte d'effondrement économique, la rue libanaise était devenue le théâtre d’une mobilisation de grande ampleur contre la corruption endémique et l’incurie des dirigeants. Les mêmes qui, pour de nombreux Libanais, doivent être tenus responsables de la catastrophe du 4 août.

Depuis la création du Liban il y a un siècle puis son indépendance en 1943, le pays a connu des cycles de violences et de guerres, mais aussi des moments d'espoir et de refondation, dont Esprit s'est souvent fait l'écho. Aujourd'hui, devant la paralysie du système politique communautaire, l’impossible réforme des institutions et la captation des richesses par l’élite politique et administrative, l'heure est à la désespérance. Tandis qu’au plan international, le Liban est pris en étau dans des conflits et des jeux d’influence à haut risque, au cœur d’un Moyen-Orient plus instable que jamais.

Épuisés et en colère, les Libanais se tournent vers l’aide internationale. Indispensable, car il en va de l'avenir de ce pays et de toute la région, celle-ci ne sera pas suffisante. En s'appuyant d'abord sur les aspirations civiques des Libanais, c'est tout un système politique qu’il faut encore réinventer.

La rédaction

Les places de la révolte au Liban

Chloé Domat > Lire

Dans un pays où un ménage sur trois vit dans la pauvreté, l’annonce d’une taxe sur un service gratuit de téléphonie a fait éclater la colère des Libanais. Ils accusent leurs dirigeants d’être corrompus, d’avoir détourné de l’argent public et ainsi d’avoir conduit le pays à sa perte.

Crises et révoltes au Moyen-Orient

Joseph Bahout, Marie Ladier-Fouladi, Agnès Levallois > Lire

Près d’une décennie après les printemps arabes, une nouvelle vague de révoltes est apparue en 2019 au Liban, en Irak, en Iran, mais aussi en Algérie et au Soudan. Ces mouvements de contestation sont-ils portés par une dynamique commune? Que disent-ils des rapports entre États et sociétés?

État et guerre religieuse : le Liban, l'action du Hezbollah et la question chiite

Samir Frangié > Lire

Depuis le pacte multinational de 1943, l’État libanais repose sur un équilibre précaire, explique Samir Frangié dans cet article de 2005. La reconnaissance de la communauté chiite était le pendant nécessaire du « réveil libanais », mais comment constituer un État et former une classe politique sans durcir les clivages confessionnels? Est-il possible d’imposer des règles communes à l’ensemble des communautés au nom d’un intérêt général ? 

Tant qu’il y aura des cèdres de Pierre Jarawan

Sylvie Bressler > Lire

L’évocation sous forme de reportage, comme dans un présent différé, des événements principaux qui ont marqué la vie politique libanaise laisse deviner les choix, aménagements, compromissions, voire trahisons, dictés par une volonté de survie et les drames humains qui en découlent pour tous, acteurs, victimes ou témoins : l’incertitude perdure.

 

Abonnez-vous ou abonnez un proche.
L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Abonnement 100% numérique : 1€ le premier mois, puis 7,50€/mois

Abonnement intégral : 12€/mois

 

Je m'abonne dès 1€

Copyright © 2020 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit