Revue Esprit
Vendredi 20 novembre 2020

Le vaccin, l’espoir et le doute

En annonçant début novembre avoir mis au point un candidat-vaccin efficace à 90% contre la Covid-19, le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont suscité une bouffée d’espoir, à l’heure où de nombreux pays font face à une seconde vague virulente. D’autres annonces ont suivi, rivalisant d’efficacité, de la part de laboratoires américains, chinois ou russes.

Si la perspective d’un vaccin disponible à l’horizon d’un à deux ans représente un tournant dans la lutte contre l’épidémie, la prudence reste de mise. D’abord car le chemin est encore long entre des tests prometteurs et le déploiement d’un vaccin à l’échelle de la population mondiale. Ensuite car ces annonces ont mis en lumière la compétition féroce qui se joue, non seulement entre laboratoires, mais aussi entre États, pour se réserver un accès privilégié au vaccin. On sait quelles conséquences ont eu les mouvements de repli nationaux lors de la première phase de l’épidémie. Il faudrait, cette fois-ci, que les logiques de coopération l’emportent.

Mais la perspective d’un vaccin pose une autre question redoutable, celle de la confiance de la population. En démocratie, cette question de confiance est adressée autant au vaccin qu’aux autorités de santé publique qui le promeuvent. Or le doute à l’égard de la vaccination a gagné des pans entiers des opinions publiques mondiales ces dernières années. En ce domaine comme en d’autres, la défiance a des causes multiples et profondes, qui ne sauraient être balayées d’un revers de main. La démocratie repose sur la possibilité pour chacun de se faire sa propre opinion, informée par les faits. Asséner une vérité, serait-elle scientifique, ne suffira pas à convaincre.

La rédaction

La guerre du vaccin aura-t-elle lieu ?

Manuel Lafont Rapnouil > Lire

Si aucun vaccin contre la Covid n’est encore disponible, la compétition autour de cette réponse tant espérée fait déjà rage. Le « nationalisme vaccinal », non seulement compromettrait l’efficacité de la lutte contre l’épidémie, mais il aurait des conséquences sociales et géopolitiques qui pourraient mal augurer de la reconstruction du « monde d’après ».

Les réticences contemporaines vis-à-vis de la vaccination

Frédéric Orobon > Lire

Dans cet article de 2016, Frédéric Orobon s’interroge sur les raisons du scepticisme de plus en plus profond à l’égard de la vaccination. Ce dernier tient moins à la recrudescence de l’irrationnel, qu’à la promotion par les autorités de santé publique d’une forme de « solidarité choisie » par des individus responsables de leur propre santé. L’individualisme, que la stratégie préventive sollicite, peut donc se retourner contre elle.

L'espace logique du conspirationnisme

Gérald Bronner > Lire

Dans le numéro de novembre 2015 consacré à « La passion du complot », Gérald Bronner montre comment l’effet cumulé d’une avalanche d’arguments plus ou moins fondés, qu’il faudrait réfuter un à un, finit par créer un doute dont les conspirationnistes tirent profit. L’accélération prodigieuse de la circulation de l’information sur Internet a décuplé cette logique.

Séries noires

 Ghislain Benhessa, Nathalie Bittinger > Lire

Les séries explorent la défiance des citoyens envers les élites : House of Cards démonte avec cynisme les arcanes du pouvoir, Mr. Robot pousse la théorie du complot à l’extrême, tandis que Years and Years verse dans la rhétorique du chaos.

Abonnez-vous ou abonnez un proche.
L’indépendance d’Esprit, c’est grâce à vous !

Abonnement 100% numérique : 1€ le premier mois, puis 7,50€/mois

Abonnement intégral : 12€/mois

 

Je m’abonne dès 1€

Copyright © 2020 Revue Esprit, All rights reserved.
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en cliquant ici
Esprit