10
juin
2020
jusqu'au
11
juin
2020
Fondation de l’Allemagne – Maison Heinrich Heine, Cité internationale universitaire de Paris, 27C boulevard Jourdan, 75014 Paris
Hommage à Marcel Hénaff

Le lien social, don et réciprocité

Hommage à Marcel Hénaff

(!) En raison de la situation sanitaire cette rencontre est annulée, sa date de report en 2021 vous sera communiquée ultérieurement.

 

 

Rendons hommage à l’œuvre de Marcel Hénaff (1942-2018), ancien directeur de programme au Collège international de philosophie (1986-1992) en France et à l’étranger, professeur à l’Université de Californie, San Diego (UCSD) de 1988 à 2016.

Philosophe et anthropologue, s’inscrivant, à travers plusieurs ouvrages de notoriété internationale, dans l’héritage de la pensée de Marcel Mauss et de Claude Lévi-Strauss, Marcel Hénaff a déchiffré la spécificité et la signification du don dans les anciennes sociétés en étroit rapport avec la philosophie comme recherche de la vérité.

Loin d’être l’ancêtre de notre économie ou de servir de modèle alternatif à l’économie marchande, l’intérêt du don cérémoniel est autre : celui d’incarner la sphère du lien social en tant que tel, de manière totalement distincte de celle des échanges économiques.

Marcel Hénaff met en évidence l’épaisseur symbolique de ce don institué, où le donateur, en donnant quelque chose à celui qui le reçoit, se donne lui-même, et en appelle à un don en retour, selon une procédure de reconnaissance publique réciproque. L’univers du don cérémoniel, sous toutes ses formes, se distingue du don unilatéral et oblatif et du don solidaire d’entraide, échappant à nos catégories morales autant qu’économiques. Il permet d’introduire à la pensée d’un pluralisme philosophique de gestes de don.

Le contraste est patent avec le fonctionnement de nos sociétés, où la confusion règne entre le lien social et le rapport économique, où une reconnaissance est garantie par la loi et l’État, tout en laissant entière la question de la reconnaissance interpersonnelle.

Ces recherches conduisent l’auteur à réfléchir à l’amont et à l’aval des sociétés du don et à tirer des conséquences quant aux formes possibles de reconnaissance symbolique et de conjuration de la violence dans les temps présents.

Le colloque aura pour fin de déployer les différents axes des recherches d’Hénaff, d’en discuter les fondements et les prolongements possibles.

Intervenants : Sylviane Agacinski, ancienne directrice de programme au CIPh, EHESS ; Isabelle Alfandary, ancienne présidente de l’assemblée collégiale du CIPh, professeur de littérature américaine et de théorie critique, université Sorbonne-Nouvelle ; Marco Fiovaranti, CIPH : Université de Rome 2 ; Antoine Garapon, magistrat, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice ; Denis Kambouchner, professeur émérite d’histoire de la philosophie, université Paris 1 ; Élise Lamy-Rested, CIPH ; Charles Malamoud, historien des religions, Directeur d'études honoraire à l'École Pratique des Hautes Etudes (EPHE) ; Alain Loute, Maître de conférences au Centre d'éthique médicale de l'Université catholique de Lille ; Helène Merlin-Kajman, professeur de littérature française, université Sorbonne-Nouvelle ; Olivier Mongin, écrivain, ancien directeur de la revue Esprit ; Bruno Paradis, ancien directeur de programme au CIPh, professeur de philosophie en Première supérieure ; Jean-Michel Rey, ancien directeur de programme au CIPh, professeur émérite de littérature française et d’esthétique, université Paris 8 ; Jacob Rogozinski, ancien directeur de programme au CIPh, professeur de métaphysique à l’université de Strasbourg ; André Sauge, philologue ; Gérald Sfez, ancien directeur de programme au CIPh, professeur honoraire de philosophie en Première supérieure ; Arnaud Villani, professeur honoraire de philosophie en Première supérieure.

Hommage organisé avec le soutien de la Fondation de l’Allemagne-Maison Heinrich Heine sous la responsabilité de Sylviane Agacinski, Bruno Paradis, Jacob Rogozinski et Gérald Sfez. Voir le site du Collège international de philosophie.