Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

L’anti-démocratie au xxie siècle. Iran, Russie, Turquie de Hamit Bozarslan

décembre 2021

Ce livre stimulant vient à son heure, au moment où la débâcle américaine en Afghanistan ne peut qu’affaiblir la démocratie et nourrir l’anti-occidentalisme viscéral des dirigeants de ces trois pays.

Historien et sociologue, auteur de nombreux ouvrages sur le Moyen-Orient, Hamit Bozarslan propose une réflexion sur L’anti-démocratie au xxie siècle en illustrant son propos par les exemples de l’Iran, de la Russie et de la Turquie. Il peut paraître surprenant de qualifier d’un même vocable trois pays avec des régimes aussi différents. L’Iran est une théocratie dirigée par un guide religieux ; la Russie de Poutine est l’héritière d’un empire autocratique puis totalitaire, malgré une brève expérience démocratique dans les années 1990, au lendemain de l’effondrement de l’URSS ; la Turquie, qui était entrée sur la voie de la démocratie et de l’adhésion à l’Europe, est redevenue une autocratie menée de main de fer par le sultan Erdoğan. Mais pour l’auteur, de nombreux points communs existent et convergent vers un régime spécifique qui, tout en maintenant des éléments de démocratie, exerce en fait un pouvoir répressif. En effet, tous les trois « se considèrent explicitement comme des réponses nationales, anti-universalistes, viriles et guerrières au système démocratique cosmopolite, efféminé et corrompu ».

Certes, on y voit les apparences d’une démocratie formelle : des élections régulières, des parlements et des présidents élus, ce qui n’empêche pas fraudes et répression si les votes ne plaisent pas. Mais en réalité, l’État « se confond avec le “régime” : vl

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
CNRS Éditions, 2021
288 p. 22 €

Denis Bauchard

Conseiller pour le Moyen-Orient à l’Institut français de relations internationales (IFRI), ancien diplomate, ancien directeur d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères.

Dans le même numéro

Un monde en sursis

Le changement climatique a donné un nouveau visage à l’idée de fin du monde, qui verrait s’effondrer notre civilisation et s’abolir le temps. Alors que les approches traditionnellement rédemptrices de la fin du monde permettaient d’apprivoiser cette fin en la ritualisant, la perspective contemporaine de l’effondrement nous met en difficulté sur deux plans, intimement liés : celui de notre expérience du temps, et celui de la possibilité de l’action dans ce temps. Ce dossier, coordonné par Nicolas Léger et Anne Dujin, a voulu se pencher sur cet état de « sursis » dans lequel nous paraissons nous être, paradoxalement, installés. À lire aussi dans ce numéro : le califat des réformistes, la question woke, un hommage à Jean-Luc Nancy, la Colombie fragmentée, la condition cubaine selon Leonardo Padura, et penser en Chine.