Krzysztof Penderecki, le 6 novembre 2015, photo de Mirosław Pietruszyński via Wikimedia
Flux d'actualités

Krzysztof Penderecki, un compositeur au diapason de l’humanité

Si l’inspiration catholique imprègne une partie de son œuvre, c’est à l’humanité et à ses tragédies que Penderecki prête l’oreille, tissant dans sa musique des liens personnels profonds entre religion et histoire.

Figure majeure de la musique polonaise, ambassadeur culturel de son pays au Festival Europalia en 2007, le compositeur Krzysztof Penderecki s’est éteint à 86 ans le 29 mars à Cracovie. Charismatique chef d’orchestre, Penderecki a été toute sa vie un insatiable explorateur de sonorités, un chercheur de sens et de transcendance. Son éclectisme stylistique ne saurait masquer son souci permanent de préserver subjectivité et expressivité, tant dans ses vastes fresques symphoniques et vocales que dans sa musique de chambre et instrumentale aux allures plus concises et intimistes.

Si l’inspiration catholique imprègne une partie de son œuvre, c’est à l’humanité et à ses tragédies que Penderecki prête l’oreille, tissant dans sa musique des liens personnels profonds entre religion et histoire : « Mon appartenance à une Église n’a pas vraiment d’importance. C’est plutôt que je suis très préoccupé par Auschwitz, Hiroshima et les implications de la Passion. Je m’y intéresse d’une manière essentiellement morale et sociale. » La notoriété du compositeur se construit par cette sensibilité aiguë aux catastrophes du XXe siècle dès la Thrè

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !