Ann Arbor Railroad
Flux d'actualités

Des vélos et des trains

La SNCF a tout à gagner à la complémentarité train-vélo.

L’été, alors que les vacanciers parcourent la France en voiture et le monde en avion, d’autres rêvent peut-être de découvrir le pays autrement, par exemple à vélo : plus sportif, plus écologique, plus lent… et quoi de plus simple ? Une fois arrivé, il suffit de mettre le vélo dans le train ! Sauf que ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui.

Alors que le vélo a historiquement voyagé sur les rails, que ce soit en bagage enregistré ou directement dans les rames depuis les années 1980, son transport en train a été ces dernières années rendu de plus en plus difficile par la SNCF. Pourtant, au vu des arguments écologiques, économiques et sociaux, la SNCF devrait infléchir sa politique, en particulier si elle se retrouve contrainte par de prometteuses évolutions législatives.

 

Entre le vélo et le train, c’est fini

La qualité du service de transport de vélo dans un train n’a cessé de se dégrader récemment. Alors qu’il y a quelques années, l’on pouvait réserver facilement un emplacement vélo dans un TGV au prix de 10 €, le nombre de TGV comprenant ce type de wagon a fortement diminué, notamment dans l’est de la France. Le TGV Lille-Dijon-Besanç

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Diane Delaurens

Diane Delaurens est haut fonctionnaire, diplomée de Sciences Po et l'ENA, et titulaire d'une licence de philosophie. Elle s'intéresse notamment aux rapports entre philosophie et politiques publiques.