Lecture de la tragédie “L'Orphelin de la Chine" de Voltaire dans le salon de madame Geoffrin. | Lemonnier Anicet Charles Gabriel (1743 - 1824)
Flux d'actualités

Dans le même numéro

Le meurtre de Samuel Paty et les exigences des Lumières

Face au terrorisme djihadiste, il faut faire front et ne sacrifier aucune liberté. Mais il faut également penser stratégiquement et ne pas sacrifier la dispute démocratique. N’est-ce pas pour avoir diffusé l’esprit des Lumières que Samuel Paty a été assassiné ?

Le terrorisme djihadiste nous soumet à deux obligations qui sont inévitablement en tension l’une avec l’autre. La première obligation est de faire front et de ne se soumettre à aucune intimidation, de ne sacrifier aucune des libertés de l’esprit que la terreur veut détruire. C’est pourquoi on ne peut entrer aujourd’hui dans des débats sur la pertinence des caricatures de Charlie Hebdo et de leur usage comme matériel pédagogique : ce genre de discussion ne peut pas être mené sous la contrainte d’une menace de mort qui en fausse le sens. Le maintien de la liberté de la discussion oblige à la solidarité inconditionnelle avec ceux qui sont la cible d’une visée meurtrière et dont la liberté d’expression doit être défendue coûte que coûte.

Les assassinats de Nice qui ont fait suite au meurtre de Conflans-Sainte-Honorine ont d’ailleurs montré que les caricatures ne sont qu’un prétexte de la violence terroriste, qui exploite selon ses propres visées l’émotion sincère que peut susciter chez des personnes pieuses ce qu’elles perçoivent comme un blasphème. À Nice, l’inhumanité du crime a frappé des fidèles fréquentant une cathédrale, alors même qu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Yves Pranchère

Ancien élève de l'École Normale Supérieure, Jean-Yves Pranchère est membre du Centre de Théorie Politique de l'Université libre de Bruxelles, où il enseigne. Il est l'auteur de Le Procès des droits de l'Homme (Seuil, 2016) avec Justine Lacroix.

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.