Photo : Avital Ronell / DR
Dans le même numéro

L'apologie d'Avital Ronell

La suspension d’Avital Ronell de l’université de New York après une accusation de harcèlement sexuel envers un étudiant pose question. S’il a bien libéré la parole, le mouvement #MeToo impose une lecture unique et un tribunal populaire qui condamnent avant de juger.

Depuis quelques jours – et cela va continuer –, les journaux affichent à la façon d’un scoop le fait qu’Avital Ronell, la «philo­sophe féministe», a été suspendue pour des accusations de harcèlement sexuel[1]. Pour les journalistes, le scoop tient au fait, d’une part, qu’une femme féministe se retrouve au banc des accusés, d’autre part, qu’une horde de féministes aux positions universitaires prestigieuses rédige une lettre de soutien à celle-là même qui s’exerce à la violence le plus souvent imputée aux hommes. Voilà que #MeToo se «renverse[2]» : parmi les femmes, en celles qui auraient été en première ligne pour dénoncer le harcèlement et le patriarcat qui en serait l’explication ultime, se cachent celles qui en réalité abusent de leur pouvoir au moment même où elles voudraient défendre les victimes et celles qui ne veulent pas voir les abus de pouvoir des femmes.

La journaliste qui tient ce scoop peut se féliciter de sa perspicacité herméneutique. Grâce à des informations probablement ré

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Aïcha Liviana Messina

Professeure de philosophie à l’université Diego Portales au Chili, auteure de Poser me va si bien (P.O.L, 2005), Amour/Argent (Les éditions du Portiques, 2011), L’anarchie de la paix (Cnrs, à paraître en novembe 2018).

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.