Photo : Headway
Dans le même numéro

L’expertise usagère

juil./août 2020

La participation des usagers, devenus « usagents », permet à des programmes de recherche coopératifs de bénéficier de leur expertise usagère et de valoriser les pratiques institutionnelles d’accompagnement. Elle signale un nouvel âge des solidarités.

La participation des usagers à la vie des institutions de l’action sociale et médico-sociale est devenue un invariant des politiques sociales en faveur des citoyens les plus vulnérables de ce début de xxie siècle. Si la figure de l’assisté, de la personne incapable ou du simple utilisateur d’un service public a guidé l’action du législateur des Trente Glorieuses aux « Trente Piteuses »[1], le siècle qui s’ouvre voit l’émergence d’une figure de la personne vulnérable plus active, politisée, voire experte et porteuse de connaissances singulières, nommée «l’usagent[2]».

De fait, les lois no 2002-2 rendant obligatoire la participation institutionnelle des usagers et no 2005-102 en faveur de la citoyenneté des personnes handicapées ont ouvert une brèche qui ne s’est pas refermée et qui a même gagné en précision dans le plan interministériel de 2015. Ce dernier, d’une portée politique équivalente à la circulaire Questiaux de 1982, évoque la nécessité de considérer des savoirs issus de l’expérience «

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Claire Heijboer

Responsable de l’unité de recherche de l’École pratique de service social et chercheuse associée au laboratoire École, mutations, apprentissages.

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.