Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Qu'est-ce qu'une philosophie de l'actualité ?

août/sept. 2009

#Divers

Plus qu’une période de l’histoire européenne, les Lumières désignent un nouvel ethos. Ainsi que l’ont montré Foucault et Blumenberg, chacun à leur manière, les Lumières posent la question de la modernité comme manière singulière de se tenir dans son temps et d’en explorer l’essence. Désormais, le présent est valorisé comme rupture et nouveauté, au détriment du poids de la tradition et de l’autorité du passé. Quelles sont les attitudes subjectives liées à cette promotion de l’actuel ?

Dans sa leçon du 5 janvier 1983 au Collège de France, Michel Foucault disait du texte de Kant – Qu’est-ce que les Lumières ? (Was ist Aufklärung ?) – qu’il était pour lui un texte « un peu blason, un peu fétiche », emblématique du problème qu’il se proposait alors de traiter : « Le gouvernement de soi et des autres1. » L’intérêt soutenu de Michel Foucault pour ce texte est avéré : depuis la conférence prononcée en 1978 devant la société française de philosophie jusqu’à cette leçon de 1983 en passant notamment par un article publié dans le Magazine littéraire, sans compter les multiples références et remarques disséminées dans ses nombreux textes et conférences2.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Myriam Revault d'Allonnes

Philosophe, professeur émérité des universités à l'École pratique des hautes études, Myriam Revault d'Allonnes a notamment publié La Faiblesse du vrai. Ce que la post-vérité fait à notre monde commun (Seuil, 2018), La Crise sans fin. Essai sur l'expérience moderne du temps (Points, 2016) et Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie (Seuil, 2010).…

Dans le même numéro

Pluralité des traditions, actualité des projets
Lectures "radicales" et "modérées"
Foi et raison : un conflit qui persiste