Dans le même numéro

Que faire voir ?

Leçon de cinéma

avril 2019

Dans cette leçon de cinéma, le réalisateur japonais définit le cinéma comme un enregistrement fragmentaire, qui oscille entre document et fiction. Réaliser un film consiste donc à déterminer le format d’un plan (couper), faire naître un récit (monter) et faire apparaître la force intérieure des sujets (écouter).

Ce texte est adapté d’une master classe de cinéma dispensée par Ryusuke Hamaguchi à l’École normale supérieure de Lyon le 16octobre 2018. Lors de cette visite, le cinéaste a travaillé avec les étudiants à la réalisation de films-portraits reposant sur le dispositif qu’il avait inventé et expérimenté avec son collègue Ko Sakai, dans une trilogie de documentaires consacrés aux sinistrés du grand tremblement de terre de mars2011 dans le Tohoku: The Sound of the Waves (2011), Voices from the Waves (2013) et Storytellers (2013). Consistant à alterner les champs-contre-champs frontaux et des plans de biais qui saisissent l’un des interlocuteurs de dos et le second de face, ce dispositif rend possible l’écoute réciproque de deux victimes en présence. À travers ces longs entretiens, le documentaire vise moins à consoler qu’à « faire entendre la voix des morts ».

Le résultat de ces journées de travail a été un ensemble de courts films occupés par la crise d’identité traversée par chacun des interviewés. Qu’ils se livrent sur leurs difficultés de communication, sur leur peur

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Ryusuke Hamaguchi

Cinéaste japonais, il a notamment réalisé Asako I & II (2018).

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.