(CC BY-ND 2.0) © Nicolas DUPREY/ CD 78
Dans le même numéro

Les impasses de l’État stratège

Le modèle de l’État stratège, inspiré de l’entreprise privée dans les années 1990, montre aujourd’hui ses limites. La solution se trouve peut-être dans la mise en place d’un État « en réseau », qui sache articuler les forces du terrain avec les logiques de gouvernance nationale.

Hier accusé d’être trop coûteux, le service public passé au crible de la « réforme de l’État » depuis trois décennies montre aujourd’hui ses failles – inégalités territoriales, ascenseur social en panne, appareil sanitaire diminué… Pour autant, la meilleure formulation du débat n’est pas forcément la sempiternelle question du plus ou moins d’État, qui ouvre sur la question des moyens ou celle du degré de décentralisation vis-à-vis des collectivités locales. C’est dans sa manière d’agir que nous voyons se jouer l’avenir du monde public, dans sa gouvernementalité, qui engage le rapport de l’État à la centralité et au contrôle. Un modèle d’« État stratège » s’est en effet cristallisé dans les années 1990, par lequel la haute fonction publique a installé une forme de monopole de l’intelligence tout en important des méthodes de management du privé. C’est ce modèle qu’il faut aujourd’hui dépasser.

De nouvelles formes d’action publique qui dessinent un État en réseau

Sur le terrain, à l’ombre des grandes polémiques politiques et des dé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Sébastien Soriano

Haut fonctionnaire, directeur général de l’Institut national de l’information géographique et forestière, Sébastien Soriano est l’auteur de Un avenir pour le service public (Odile Jacob, 2020).

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.