Dans le même numéro

La mission, un nouveau contrat social pour l’entreprise

mars 2018

#Divers

La mission est l’ensemble des objectifs d’ordre social, environnemental, scientifique ou culturel, qu’une entreprise inscrit dans ses statuts. Valorisant l’innovation, elle permet d’associer intérêts privés et des intérêts généraux.

La question de la démocratie d’entreprise a été récurrente au xxe siècle, mais elle prend depuis quelques années une acuité nouvelle. Traditionnellement, les actionnaires ont nommé et révoqué seuls les dirigeants d’entreprise, en contrepartie des risques qu’ils prennent en investissant leur argent sans garantie de retour. Aujourd’hui pourtant, l’actionnariat s’est considérablement transformé : les épargnants individuels ont laissé la place à des investisseurs institutionnels qui sont parfois en mesure d’influencer directement les orientations stratégiques des entreprises qu’ils contrôlent. Ils peuvent le faire dans l’intérêt de leurs souscripteurs, mais aussi au détriment des salariés ou des autres parties de l’entreprise (consommateurs, riverains, pouvoirs publics, etc.). En outre, les enjeux démocratiques débordent la question de l’équilibre entre salariés et actionnaires, car certaines entreprises sont devenues des multinationales avec une puissance d’action et de transformation du monde inédite. Tandis que leurs choix peuvent affecter durablement des populations entières, voire le sort de la planète, elles ne sont soumises à aucun contrôle citoyen.

D’où la n&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Blanche Segrestin

Professeur en sciences de gestion à Mines-ParisTech, elle est titulaire de la Chaire « Théorie de l’Entreprise, modèles de gouvernance et création collective ». Elle est notamment l'auteur, avec Armand Hatchuel, de Refonder l’entreprise (Seuil, 2012) et coordonne depuis 2016, avec Stéphane Vernac, le programme de recherche "Gouvernement de l'entreprise et création de commun" au Collège des…

Dans le même numéro

Pourquoi acceptons-nous d’être commandés dans les entreprises d'une façon que nous réprouvons ailleurs ? Si la France a promu la représentation des salariés, par le biais des syndicats et des délégués du personnel, elle devrait aussi favoriser leur participation à la gestion des entreprises.