Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Eduardo Gutiérrez via Unsplash
Dans le même numéro

Des réfugiés environnementaux

Malgré une évolution du cadre juridique, notamment aux niveaux régional et national, il n’existe pas encore de statut clair pour les réfugiés environnementaux. Les déplacements liés aux changements climatiques sont pourtant massifs et une approche pragmatique reste indispensable pour faire face aux catastrophes.

Alors que l’époque est aux frontières et que nous commémorons le 70e anniversaire de la convention de Genève relative au statut des réfugiés, les migrations liées à l’environnement demeurent dépourvues de régime juridique clair. D’autres leviers, diplomatiques par exemple, peuvent néanmoins favoriser des migrations ordonnées.

Les migrations environnementales sont assurément un phénomène majeur des temps présents, d’ampleur croissante, mais difficile à apprécier. Anciennes, comme en atteste l’archéologie, présentes dans les mythes fondateurs, les migrations environnementales sont appelées à croître selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), mais elles sont difficiles à définir et à mesurer1. Les spécialistes parlent volontiers de « déplacés environnementaux » pour souligner la contrainte de migration et inclure les catastrophes naturelles et les accidents industriels.

Avec ces réserves méthodologiques, l’Internal Displacement Monitoring Centre a relevé en moyenne près de 25 millions de déplacés environnementaux par an entre 2008 et 2018, soit trois fois plus que les déplacés liés à des conflits. Il s’agit essentiellement de déplacements internes ou régionaux, liés à des inondations et des tempêtes dans des zones côtières ou des deltas densément peuplés. L’aggravation des effets du changement climatique pourrait pousser plus de personnes

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Victor Esménard

Fonctionnaire.

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.