Photo : Dimitry Anikin
Dans le même numéro

L’engagement écologique et social à Nancy

La ville de Nancy présente un bel exemple de réforme écologique et sociale, « par le bas », portée par le monde associatif et soutenue par les habitants. Encore faut-il que ces initiatives originales parviennent à s’imposer, face à l’enracinement de certaines de nos manières de vivre et de consommer.

Les problèmes que pose l’urgence climatique sont connus ; les solutions le sont moins. Depuis 2015 et la COP21, les mobilisations écologiques se font plus bruyantes, portées par des figures symboliques comme Greta Thunberg et des actions de désobéissance civile comme celles d’Extinction Rebellion. Mais cette mobilisation a une autre face, moins visible : des initiatives qui développent ici et maintenant des façons de produire, d’échanger, de consommer qui préfigurent ce que pourrait être une société durable. Les actions de contestation ou de désobéissance ont un rôle de sensibilisation et d’interpellation, mais ne témoignent pas forcément de la faisabilité du nouveau monde qu’elles promeuvent. Inversement, d’autres initiatives plus proches du secteur de l’économie sociale et solidaire permettent de faire exister ici et maintenant des alternatives, mais elles se confrontent aussi à l’inertie de l’existant.

En effet, l’action associative et civique permet à tout un chacun de s’impliquer dans son quartier et sa ville pour les transformer. On est alors tenté d’en faire le vecteur d’une révolution apaisée, par le bas plutôt que par le haut. Or les associations ne forment pas des sujets autonomes, mais font face aux mêm

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Xenophon Tenezakis

Professeur agrégé en philosophie, Xenophon, Tenezakis est doctorant en philosophie politique à l'Université Paris Est Créteil.

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».