Notes de lecture

Dans le même numéro

Revue des deux mondes, février-mars 2018

avril 2018

#Divers

Sur la couverture, la revue annonce s’attaquer aux « pièges des droits de l’homme », et l’on pense aux difficultés particulières qu’ils rencontrent un peu partout ces temps-ci, difficultés qu’évoquait Esprit dans son dossier consacré à « la bataille des droits de l’homme » en juin 2017. Une fois la revue ouverte, on constate avec surprise que le dossier s’intitule « Les droits de l’homme font-ils fausse route ? » La « fausse route » serait celle de la « surenchère », d’une « oligarchie judiciaire » au sein de « l’empire des droits de l’homme » (Éric Desmons). Elle consisterait en reconnaissance sans fin d’identités et de minorités. On retrouve la petite musique du délitement des sociétés contemporaines, après la proclamation de droits civils et politiques plus sages au xviiie siècle… Quand Marcel Gauchet évoque la revue Esprit en expliquant que c’est à l’initiative de Paul Thibaud qu’il avait réfléchi en 1980 aux « droits de l’homme en tant que politique » avant de se raviser face au « gauchisme imbécile […] du révoltisme », faut-il comprendre qu’il n’y avait plus de bataille à mener pour les droits de l’homme, et que l’heure de leur retraite avait déjà sonné ?

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.