Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Seuls ensemble.

De plus en plus de technologies, de moins en moins de relations humaines

septembre 2015

#Divers

Anthropologue et psychologue, Sherry Turkle intègre le Massachusetts Institut of Technology (MIT), il y a une trentaine d’années, pour étudier les effets des « technologies nouvelles » sur les humains et plus généralement pour comprendre l’émergence de cultures numériques. Son premier ouvrage (The Second Self, 1984) traite de la relation qu’un individu entretient avec son ordinateur, qui tend à devenir intime. Avec son second livre (Life on the Screen, 1995), l’environnement technologique a changé (réseaux, moteurs de recherche, avatars) et ce sont les liens entre les humains médiatisés par les machines qui se trouvent examinés, d’autant plus que l’auteure rencontre des internautes qui préfèrent la vie en ligne, qu’ils nomment la Real Life (la « vraie vie »), où ils trouvent leur véritable identité. Avec cette troisième étude, fondée sur une riche enquête, Sherry Turkle s’intéresse aux robots capables d’affection envers leurs utilisateurs (aussi bien des petits de cinq ans que des adolescents et des personnes âgées en maison de retraite), robots qui ne cessent de se perfectionner (ils reconnaissent « leurs » maîtres, sont capables d’attention, réalisent des actions de plus en plus pointues) et leur vocabulaire de s’enrichir, aussi entrent-ils dans la vie des humains comme d’excellents substituts aux carences affectives de ces derniers… Au commencement de ses recherches sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTCI), l’auteure est ouverte et même satisfaite de certaines facilités qu’elles offrent. Ce n’est que progressivement qu’elle devient critique et alerte ses lecteurs sur le fait que la plus large autonomie qu’on pouvait attendre de ces nouvelles technologies, de plus en plus encombrantes dans notre vie quotidienne, se transforme en dépendance chronophage… Elle en vient à réclamer une solitude salutaire pour notre santé mentale qui exige, pour se déployer, un débranchement volontaire et joyeux, qui laisse les machines à leur place, au service des humains.

Thierry Paquot

L'Echappée, 2015
526 p. 22 €