Signature du Traité de Rome, le 25 mars 1957. Crédits wikimédia
Flux d'actualités

Les voies de l’intégration européenne

À quelques semaines des prochaines élections au Parlement européen, nous poursuivons la publication d’une série d’articles consacrée à « l’idée d’Europe »*. Dans ce deuxième volet de la série, les auteurs se tournent vers l’époque contemporaine, pour éclairer les défis auxquels l’Europe est aujourd’hui confrontée. Ainsi, Pierre Vimont propose ici de déplacer le regard de l’idée d’Europe à l’idée d’Union européenne : quelle a été la dynamique de l’intégration européenne, pourquoi est-elle cassée et que faudrait-il transformer, en profondeur, pour pouvoir la relancer ?

L’Europe est en panne. Tous ceux qui s’intéressent au projet européen, qu’ils le soutiennent ou le critiquent, en font le constat. Les mêmes divergent pourtant lorsqu’il s’agit d’en expliquer les blocages. Plus particulièrement, la nature exacte de l’inertie dans laquelle l’Europe s’enlise, ses causes et ses conséquences pour l’avenir de l’Union européenne, nourrissent de multiples réflexions, souvent contradictoires, mais qui toutes laissent ouverte, faute d’une solution réellement convaincante, la réponse à apporter pour sortir l’Europe de l’ornière. Il manque dans ces efforts d’explication une « grille de lecture » capable d’aider les dirigeants européens à dissiper le sentiment d’impuissance et d’immobilisme qui fait douter de la capacité du système européen à rebondir.

Dans cette perspective, mettre l’accent sur le processus d’intégration tel qu’il s’est développé depuis l’origine du projet européen offre l’avantage d’une démarche aussi objective que possible, délivrée des préjugés idéologiques qui trop souvent accompagnent la réflexion sur l’UE. De fait, les débats éternellement

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !