Dans le même numéro

La pensée de comptoir de Michel Onfray

décembre 2016

#Divers

Michel Onfray souscrit à la thèse de Samuel Huntington du « choc des civilisations », qu’il comprend à la lumière du « nihilisme guerrier à prétexte islamique1 ». Malgré l’intention louable de dénoncer la politique étrangère de la France, menée à coups de bombardements, Michel Onfray s’inscrit de plain-pied dans une perspective qui confond le monde arabe avec l’islam.

Afin de démontrer le ressentiment des musulmans envers l’Occident, il cite un rapport qui dénombre les victimes des interventions militaires en Irak, en Afghanistan et au Pakistan2. Mais, dans la bouche de Michel Onfray, les quatre millions de victimes de la guerre contre le terrorisme deviennent des musulmans. Peu importe donc la diversité religieuse de ces pays, Michel Onfray ne retient que l’islam. Fort de cette conception, il relit toute la politique à l’aune d’une « communauté musulmane » fantasmée.

Que faire alors des appels lancés par le sultan-calife Abd al-Hamîd II aux populations musulmanes du Caucase et d’Afghanistan pour qu’elles se soulèvent contre le tsar et qui resteron

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements