Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

« Montanus Fingebat » : sur une rature de Montaigne

juin 2006

#Divers

Cette étude d’un détail – le changement de datation de l’« avis au lecteur » des Essais – illustre la manière et le style d’Arasse. Le projet de Montaigne est de « se peindre » lui-même. Mais quel sens faut-il accorder à cette référence picturale et plastique dans la description réflexive de l’écriture ?

Montaigne, paraît-il, ajoute et ne corrige pas. Pourtant, une rature au moins dans son texte a constitué une incontestable correction. Peu remarquée, très peu commentée, tout au plus signalée en note, apparemment secondaire, cette correction ne porte pas sur le texte même. Seulement sur une date : à la fin de l’« Avis au lecteur », sur l’exemplaire de Bordeaux, la date du 12 juin 1588 a été raturée et remplacée par « ce premier de mars mille cinq cens quatre vins » – date de la première édition, déjà inscrite jadis au même lieu (voir ill.). Une telle correction appelle en effet peu le commentaire. Dans la note qu’il porte à ce détail dans son édition de 1962, Samuel de Sacy fait le point : « Montaigne renonce à changer la date de son avertissement à mesure que les éditions se succèdent : il rétablit une fois pour toutes la date de la première édition1 ». La remarque est aussi incontestable qu’elle est pauvre et je voudrais, dans les pages qui vienn

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !