Dans le même numéro

La Hongrie, un État autoritaire en Europe

décembre 2014

#Divers

À l’issue des élections du printemps 2014, la majorité gouvernementale du parti Fidesz de Viktor Orbán a été reconduite en obtenant les deux tiers des sièges au Parlement. Les élections ont été contestées par l’Osce, à cause du remodelage du système électoral en faveur du parti au pouvoir, de la partialité des médias publics et des lois extrêmement restrictives régulant la campagne électorale. Le constat s’impose : les élections n’ont été ni entièrement libres ni justes. Pourtant, ce rapport a eu très peu d’échos, aussi bien en Hongrie qu’en Europe : l’attitude de l’Union européenne à l’égard de la Hongrie, État qui bafoue les libertés fondamentales en construisant un pouvoir monolithique, est pour le moins ambiguë. On l’a encore vu avec la nomination du très critiqué Tibor Navracsics comme commissaire européen à la Culture (il fut ministre de la Justice de Viktor Orbán pendant quatre ans), alors même que la commission Culture du Parlement européen s’y était opposée.

Scandales en cascade

Pourtant, c’est peut-être la première fois que ce gouvernement autoritaire et dictatorial, au pouvoir depuis quatre ans et demi, fort de sa majorité illégitime des deux tiers, s

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !