Dans le même numéro

La moquerie par l'image : un retour du blasphème ? (entretien)

La dérision envers la religion n’est pas une nouveauté, et le christianisme, dès ses origines, n’a pas été épargné. Depuis le début du xxe siècle, la multiplication des œuvres d’art qui s’attaquent à la religion va de pair avec la sécularisation des sociétés occidentales. Mais, au xxie siècle, la diffusion mondialisée des images et leur utilisation politique invitent à réinterroger la notion de « blasphème ».

Esprit – On pourrait assez bien appliquer au monde de l’art cette citation de l’écrivain roumain Norman Manea : « Dans le grand marché libre et carnavalesque du monde d’aujourd’hui, seul semble audible ce qui est scandaleux, mais rien n’est assez scandaleux pour devenir mémorable1. » La moquerie et la dérision semblent partie prenante des démarches esthétiques de nombreux artistes contemporains : on peut retenir comme repère l’exemple des moustaches ajoutées par Marcel Duchamp à la Joconde (titre : LHOOQ) en 1919. Est-ce un moment historique de rupture avec la grande tradition picturale, un refus de la représentation, qui fait basculer dans un autre cycle de l’histoire d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !