Dans le même numéro

Des risques psychosociaux bien encombrants

octobre 2011

#Divers

À travers une étude de cas, l’auteur dégage une manière de comprendre la souffrance au travail (l’« approche organisationnelle ») qui ne se focalise pas exclusivement sur l’individu, mais prend en compte toutes les dimensions du témoignage, afin de cerner en quoi le collectif des salariés est aussi partie prenante des conflits qui se cristallisent dans un affrontement personnel.

Depuis une douzaine d’années, la thématique des risques psychosociaux encombre les relations de travail. Elle ramène d’emblée les problèmes et les conflits dans le champ de la santé au travail, de la souffrance, du mal-être. Elle donne lieu à une abondante littérature où chacun y va de sa définition, de ses explications. Plusieurs théories éclairent à partir des différentes disciplines des sciences humaines et sociales la montée des phénomènes de stress, de violence, de suicide au travail. Volonté délibérée (théorie d’un complot ourdi par quelques experts au service du patronat), fatalité économique d’un système productif complètement dépendant de la finance mondiale, montée de l’individualisme seraient, selon les auteurs, à l’origine des évolutions des relations de travail, des modes d’organisation morcelés que les procédures de certification et de ge

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements