Dans le même numéro

Tanger Med : un pari sur l'avenir du détroit de Gibraltar

Projet monumental visant à accaparer, avec Algésiras, le trafic maritime dans le détroit de Gibraltar, Tanger Med veut se mettre au niveau des plus grands ports internationaux. Mais la construction de digues, la mise en place de zones franches, le déplacement du trafic bouleversent la région. Comment l’avancée économique que représente Tanger Med peut-elle s’accorder avec un immobilisme politique ?

Il y a moins de dix ans, il n’y avait rien sur cette côte, au centre du détroit, à mi-chemin entre Tanger et Ceuta, au bord du petit village de pêcheurs de Ksar-es-seghir.

Rien, sinon une petite plage de deux kilomètres de long, effrangée d’écume, aux pieds du mont Cirrès et non loin de l’autre colonne d’Hercule, le djebel Moussa, encapuchonné de nuages1, de verdoyantes collines et quelques maisons éparses. Avec, au large dans la brume, par-delà les quatorze kilomètres du détroit de Gibraltar, l’Espagne, et les grues du grand port d’Algésiras, en contrebas du sombre rocher, narguant le Maroc resté jusqu’alors en marge de la modernité, surtout dans sa région nord.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !